Innovation et design     English Français (French)

Innovation et design

Le Neolin en bois exotiques
mars 31, 2010

De faire des instruments en série peut offrir de formidables possibilités d'expérimentation - si jamais l'idée ne marche pas, c'est au moins la fraiseuse numérique qui aura fait une bonne part du travail pour rien, et pas seulement le luthier !

C'est donc ainsi que j'ai fabriqué, par pure curioisité, un Neolin avec le fond, les éclisses et le manche en palissandre, et la table en cèdre rouge. Après tout, ce sont là des bois que l'on utilise depuis longtemps en lutherie guitare. Par hasard, mon fournisseur avait du cèdre rouge taillé sur couche... A savoir que dans la lutherie traditionnelle, les derniers à avoir fait des tables sur couche était quelques Italiens de "troisième catégorié" à la fin du 17ième sciècle. Mais puisque je m'étais lancé dans l'expérimentation...
Lors de la construction, je me suis vite rendu compte d'une différence en poids et en dureté entre le traditionnel érable et le palissandre. Mes outils n'ont pas tant apprécié que ça :-) Pour ne pas finir avec un Neolin en plomb, j'ai gradué le fond bien plus fin, jusqu'à obtenir quelque chose de légèrement moins rigide, mais toujours plus lourd que d'habitude. La table sur couche à été autrement surprenante: Contre les attentes, elle montrait une bonne rigidité, avec un poids très bas. Les finitions au ratissoir sur la table en couche n'étaient par contre pas une partie de plaisir - dès que le ratissoir se trouvait trop parallèle au fibres, celles-ci s'arrachaient. Pour éviter que la tête ne pèse trop, j'ai évidé le manche et la touche. En tout, le travail était donc bien plus délicat que pour un Neolin en bois traditionnel, certainement aussi parce que je manquais d'expérience avec ces essences empruntés au luthiers guitare.

Mais je vous assure que la peine valait le coup ! Sous le vernis, le cèdre prenait de magnifiques teintes dorées, tandis que le fond en palissandre devenait une vraie orgie de tons rouge-brun plus chauds les uns que les autres. Puis le choque au montage des cordes: Malgré le poids plus élevé de l'instrument, la puissance n'avait rien à envier aux Neolins en érable/épicéa. En même temps, le timbre avait changé, très dense et chaleureux, presque à mi-chemin entre le timbre velouté d'un violon classique et le timbre un peu rentre-dedans du Neolin.